compteur



 

 

 

Choix de poèmes d'amour

(en cours d'élaboration)

 

Je choisis de poster ici un choix de poèmes d'amour que je reprends dans l'ordre chronologique. Je compte d'ailleurs éditer un prochain jour ce choix dans un recueil.

Tous ces poèmes ont été publiés dans des recueils ou des revues. Je posterai les références peu à peu.

 

 

 

Amour et douleur

 

Poèmes d’amour

 

"vos poèmes sont amour et douleur."

G.E. Clancier (lettre à l'auteur) 

 

Guy Allix

 

 

 

Au creux d'un seul abri

Un caillou martèle

Des correspondances inouïes

 

Le flanc offert

A tous les sourcillements

J'écoute l'étreinte

Sous les volutes d'une femme...

 

… Dehors la pluie rêve d'un autre ciel

 

***

 

CRIANT D'AVEUX

 

1

 

L'ombre plus que boire

 

La mémoire bat des rythmes

Sur nous comme des tenailles

Le magma et le vin

Ont la forme d'un baiser

 

 2

 

C'est l'abîme qui nous perçait...

Les murs nous serraient

Comme des pieuvres

 

 

 

3

 

 

 

Depuis mon ventre

 

Je te demandais de boire

 

Au cœur des loups

 

 

 

Toi tu t’écartais pour mieux m’enfouir

 

 

 

4

 

 

 

Une nuit comme toutes les autres femmes

 

Les vitres se taisaient

 

 

 

 

 

5

 

 

 

Quelques tessons s'abritaient encore

 

Derrière mes yeux

 

 

 

Augmentant cette mort au ventre

 

Et ce cri plus que muet

 

 

 

6

 

 

 

Lanterne ou givre et peau dedans

 

Nous confondions nos nuits

 

En un seul lit

 

 

 

7

 

 

 

A l'aube le temps venait

 

Un peu plus vieux

 

Oui me croquait les chevilles

***

 

 

Quand tout s'est soudain séparé et lutte

 

Nos gestes le soir

 

Refluent vers d'autres rives

 

Je te donne un instant

 

Je t'accroche ma peau

 

Aux griffes de tendresse

 

 

 

 

 

Nous aimons par la franchise d'une mort

 

 

***

 

 

On n'économise pas

 

C'est l'abondance du sperme

 

Ce lieu qui s'expose

 

Ce lieu qui dit vrai

 

Cette tendresse d'argile

 

Qui fuse

 

Depuis le point obscur de la sueur

 

 

 

Ta main pleine de nous

***

 

 

à Jean Bernard

 

 

 

 

 

 

 

C'est quand rêve l'heure

 

Au bout de la phrase

 

 

 

 

 

Encore tout essoufflé d'un nom

 

Tu prends la rive d'un nuage

 

 

***

 

 

Le souffle court

 

 

 

 

 

1

 

Notre fragilité pour nid d'amour

 

 

 

Je songe à ta douceur cernée de silence

 

Tandis que la mort assiège

 

 

 

 

 

2

 

L'hiver viendra un autre regard

 

Nous jeter à la cohue blanche de l'air

 

 

 

La caresse sera seule au monde

 

Comme une prière

***

 

 

Lignes de femmes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu de terre entre les bras

 

Si près si bas

 

Argile patiente de l'amour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oser ses fruits au bord du vide

***

 

 

Fragile elle vient poser sur ma peau

 

Le rêve d'une fleur

 

Elle partage le sang

 

Elle fait l'amour au monde

 

 

 

 

 

Tout au fond de moi j'accouche son plaisir

***

 

 

J'ai voulu tout donner à mon amour

 

Et mon amour m'a tout pris

 

Qui mène chemin d'herbe mouillée

 

 

 

 

 

Mon amour m'a tout pris

 

Même mes mots et ma tendresse

 

 

 

Même le poids de mon amour

***

 

 

Etreinte

 

 

 

 

 

Tu ne sais trop ce qui se cache

 

Sous la caresse

 

Ce qui reflue sous le désir

 

Quand tu modèles l'autre

 

Quand tu lui souffles vie

 

 

 

 

 

 

 

Tu participes à l'amour

 

Comme un aveugle

***

 

 

 

 

 

 

Les filles se donnaient tôt comme la terre

 

Elles avaient le temps aux trousses

 

Et permettaient l'amour qui cherche au plus profond

 

 

 

Elles offraient la chaleur pour une rose

 

 

 

***

 

 

 

C'est leur beauté sans doute

 

Et le grain de leur peau nue

 

Qui permettait au mineur

 

D'affronter la nuit

 

 

 

***

 

 

 

Les garçons les regardaient

 

Et forgeaient leurs rêves

 

Sur l'image devinée de leur corps

 

 

 

Pour s'abîmer sur un ventre inventé

 

Tout chaud de la tendresse retrouvée

 

 

***

 

 

Il n'y a plus d'amour

 

Que le mot même

 

Que le mot même d'amour

 

Le même mot d'aimer

 

Une main qui tiraille l'écorce

 

Insurge le voeu

 

Caresse la mémoire

 

Une femme engloutie

 

Dans la pose toujours là

 

D'un rêve épars

 

Rempart irrépressible et le souffle d'un nom

 

Ombre tressée émoi

 

Le mot même

 

Quand tu n'aimes plus que le mot

 

Et ne sais que dire

 

Il n'y a plus d'amour

 

Que le mot même d'amour

 

Qui t'aime

***

FRAGILE

 

 

 

 

 

 

 

Ce ne fut rien qu'un geste

 

Passant du monde

 

 

 

Presqu'un regard

 

Une main à l'épreuve de vivre

 

Qui s'attardait dans une nuit de sable

 

 

 

Un poids d'éternité

 

Sur le ventre de l'eau

 

Aux frontières d'un seul corps

***

Rien n'est beau comme ta nuit

 

Eclairée d'un sourire

 

Le peu de temps pour la mort

 

 

 

Tu te pares fragile si belle

 

D'un corps au solstice du rêve

 

 ***

 

Ventre premier

 

Et le figement de la vague sur l'étoffe

 

 

 

Dans l'étreinte de ce lieu perdu que tu sais

 

La vigueur exige la patience de l'amour

 

L'urgence du souffle

 

La plus juste faiblesse

***

La Séparation

 

 

 

 

 

Tout au fond du corps, au plus reclus de la chute, il y a cette séparation irréversible el lancinante qui appuie sourdement sur la plaie, s'acharne dans le silence.

 

Il y a cet amour, ces mots qui souffrent et s'usent. Ces mots qui s'ouvrent comme des noix sur le dernier fruit. Et ce cri qui n'en peut dire d'amour et de mort.

 

Il y a cet arbre qui n'en finit pas de jeter ses branches jusqu'à l'arbre et des mains qui s'agitent comme des feuilles dans l'urgence, tout au creux de la voix. Dans la toujours dernière fois, Là où tu t'arraches et te dénudes.

 

Tout au fond du corps, il y a cette séparation qui te signe et te meurt.

 

 

 

 

***

 

 

Empreinte

 

 

 

 

 

Ce geste de la main vers l'aimée

 

Tout plein du blanc silence recueilli

 

Tout vrai du sang perdu de l'épreuve

 

Ce geste qui s'incurve

 

Et qui dessine cette béance

 

où nous nous aimons

 

 

 

 

 

L'irréparable séparation

***

 

 

Tu aurais tant voulu pourtant simplement réchauffer une nuit. N'être que cette plaie offerte au plus vrai du sang, au plus obscur de la chair.

 

N'être que cet épuisement pour un sourire de femme.

***

 

 

Tu n'es passé qu'ici

 

Sur le bord d'une peau

 

Dans l'exil fatigué

 

De qui voulait être au monde

 

 

 

 

 

Tu n'es passé qu'ici

 

Sur le bord d'une femme

 

Dans le creux d'un seul corps

***

Ici un nom

 

Le cercle des sens

 

Et l'échouage nécessaire

 

 

 

 

 

L'appel muet de ta parole

 

Qui n'attend pas même l'ombre d'une femme

 

Le sang versé de la nuit à l'amour

***

Cette déchirure de ton corps quand tu ne voudrais qu'aimer.

 

La nuit au fond du sang venue du plus loin de la peur.

***

 

 

Cet obscur désir

 

 

 

 

 

Le sourire fragile des femmes

 

Te bat la mémoire

 

Et tu te roules des nuits entières

 

Dans l'orbe humide de leur corps

 

Sur la caresse d'une peau d'une plaie

 

 

 

 

 

Séparé à jamais pourtant

 

De ce mystère ardent au fond des yeux

 

 

***

 

 

Solitudes

 

 

 

1

 

 

 

Solitudes un cri par-devers toi

 

L'instant où tu te sépares

 

Où tu te retrouves

 

Dans le nom de la terre

 

 

 

 

 

2

 

 

 

Un cri percé de toutes parts

 

Et le hurlement réuni de l'ombre blanche

 

Le rythme crispé des aveux

 

Et tes mains à genoux de l'amour

 

Qui pansent les plaies

 

 

 

 

 

Caressent un sourire sur le bord même d'aimer

 

3

 

Le corps béant prêt à la chute

 

Dans la soif exigeante d'une main

 

Dans la perte essentielle

 

 

 

 

 

4

 

La peau retient son souffle

 

La sueur s'immisce dans les méandres d'exister

 

 

 

 

 

Tu coules tes mots comme ton sang

 

Dans l'épreuve intime

 

L'éclaboussure des sens

 

 

***

Vacillante

 

A une passante

 

 

 

 

 

Ton visage ta voix le même drame

 

Ton sourire le même geste soumis au soir

 

Ta joie même poussait au bout de l'irréparable

 

 

 

 

 

Je suis passé en te voyant

 

En t'aimant j'ai passé mon chemin

 

Pour te garder toujours vivante au bord du rêve

 

et de mes lèvres

 

 

 

 

 

Dans l’ici de ce nom sonore juste effleuré

 

 

***

Partage

 

 

 

 

 

La caresse définitive qui erre

 

Qui ouvre le regard où tu t’abîmes

 

Qui lisse cette peau où tu échoues

 

L'étendue nacreuse où fondre la défaite

 

Et l'étreinte des mains

 

 

 

 

 

Sur l'épaule du jour

 

L'irrémédiable mur qui te soumet

 

te met à mots

 

 

 

 

 

Le partage pourtant

 

Dans la sueur et les signes

***

La tendresse dans l'ici jeté de 1a terre

 

Dans l'offrande du ventre

 

Dans la bouche des femmes

 

Une main se déchire d'appeler une ombre

 

De bâtir le partage incessant des peaux

 

 

 

 

 

L’insomnie répare la mémoire attise l'insomnie

***

Le nom de l'amour

 

 

 

 

 

 

 

Souffle fétide regard torve

 

La défaite harnachée au corps

 

Et cette coulure des mots

 

Sans prise jamais

 

Qui fermente dans le soir des yeux

 

 

 

 

 

Le nom pourtant même de l'amour

 

Comme une dernière chaleur

***

Cette blessure

 

 

 

 

 

O mon amour ma grande fatigue

 

A l'œuvre de la perte

 

Cette douleur même cette douleur attisée

 

Et le souffle de l'errance sur la peau

 

Le souffle lancinant

 

Cette solitude qui te noue à jamais

 

 

 

 

 

Seul ce rêve qui arrive encore au seuil

 

Coïncide à l'insomnie de nos ventres

 

 

 

 ***

 

...Pressés l'uni dans l'autre d'abolir l'absence

 

 

 

 

 

Le temps te traverse

 

Au plus bas de la voix

 

 

 

 

 

La nuit source sous la paupière

***

O mon amour mon étreinte ma séparée

 

L’absente de ma main

 

 

 

De cette main blessée qui bat le silence

 

Oui rappelle toute la sueur

 

A l'œuvre du monde

***

La tentation d'espérer

 

 

 

 

 

Pourtant un sourire dans la nuit

 

A n'y pas croire

 

Et cette épreuve des peaux

 

Qui imprime la pierre

 

 

 

 

 

L'hiver se givre dans la voix

 

Le feu avitaille le souffle

 

 

 

 

 

Tu retiens l'impossible dans la paume d'un rêve

***

 

 

La première blessure

 

Et ton nom même sur la peau

 

Comme une vraie fragilité

 

Et la force d’aimer

 

Ici en nul lieu

 

 

 

 

 

Atteindre simplement

 

Cette terre franche qui travaille

 

Dans l'étreinte des mots

 

Sous le givre des mains

 

 

 

 

 

...Cette terre prête à l'arbre

***

 

 

L'insomnie qui te rappelle au dernier jour

 

      A la dernière fragilité

 

 

 

 

 

Une main aimante te retient au bord du gouffre

 

T'inonde d'une sueur partagée

 

Ton souffle se signe

 

Sur l'heure d'exister

***

 

 

A Françoise Fouillard

 

 

 

 

 

Cette ombre qui le montre où tu es où tu vas

 

Les mots qui fouillent ce massacre

 

Te rappellent à la nuit de ton sang...

 

 

 

 

 

Tu voudrais épaissir la peau

 

Retenir de tes mains percées

 

La sueur pressée de fuir

 

Et qui devance d'un nuage l'autre naufrage

 

 

 

 

 

Tu travailles la tendresse

 

Comme pour éteindre ces eaux qui bouent

 

Et qui t'enlisent

 

 

 

 

 

Le linge des baisers n'en finit pas de couvrir les fuites

***

 

 

Au fond il n'y a rien que la caresse

 

Que l'aveu de la caresse

 

Qui panse la peau fragile

 

Qui t'imprime dans la chair vive du regard

 

 

 

 

 

La caresse d'une main

 

A l'épreuve du monde

 

A 1'oeuvre de l'amour

 

 

***

 

 

Tu répares la peau

 

Tu arranges les fuites

 

Au plus pressé d'un nom

 

Au plus juste de la faiblesse

 

 

 

 

 

La caresse surprend la mort

 

Ravive le sang vers l'origine

***

Cette tendresse qui perdure, ici blessée, ici perdue. Ce don des mots à la plus belle, à l'absente à jamais.


L'amour, l'amour, la belle fragilité. L'instant de l'amour, celui de la mort. Dire aimer et mourir.

 

Je te déclare ma mort. Je suis nu devant toi.

 

 

 

Aimer et mourir simplement. Avitailler cette douleur sur le bord de lèvres.

 

 

 

Si tu savais comme le monde est vaste. Comme la peine est profonde. Et le cri sourd d’un amour au fond de la sueur.

 

 

 

Ne, plus retenir, ne plus qu’aimer. N'être que dans la perte première et l'adieu. N'être que ces mots qui passeront comme la nuit.

***

 

 

Douleur de mon amour

 

 

 

 

 

 

 

Et le poème travaille comme la terre

 

Friable dans la circulation des sèves

 

Dans la posture de la douleur

 

 

 

 

 

Tu partages incessant l’errance rageuse

 

Tu tiens    dans la main ce dernier souffle recueilli

 

Qui fuit déjà entre tes doigts

 

Incurve la buée sur la vitre

 

 ***

 

 

 

Dans la main l’aimante même qui se meurt

 

Quand tu voudrais simplement épouser une terre

 

Enfin terre à venir de ton nom

 

Quand tu voudrais seulement

 

Fondre ici les mots de ta nuit

***

 

 

Au nom même d ‘aimer, tout au bord de l’abîme. Cette passion qui chemine.

***

 

 

Je dirai simplement les mots

 

Je viendrai au jour avec ce peu de terre

 

Et la promesse d’une fleur

 

Presqu’une larme dans le regard

 

 

 

Je viendrai au jour

 

Avec une poignée de courage

 

 

 

Il y aura tes mains

 

Et ce souffle après l’amour

 

Je dirai tout bas

 

Les mots premiers les mots pour vivre

 

 

 

Le silence retrouvé et la caresse pour raison

 

inédit

***

Tu es présente

 

Et j’aime ce hasard

 

Qui nous a mis face à face

 

A jamais

 

 

 

Je n’étais vrai que sur le bord

 

Toujours à deux doigts de vivre

 

Et de crier

 

 

 

Je partirai

 

Avec ton regard dans les yeux

 

 

 

Osant dire ton nom à jamais

 

A la face du monde

 

 

 

Osant dire l’amour qui brûle les mots

***

Tes larmes parfois

 

Comme la preuve même

 

 

 

Là où je ne tiens qu’à un souffle

***

Ton visage sur le bord du temps

 

Venu de très loin

 

Venu du dedans de toi

 

 

 

Ton visage qui m’oblige

 

A vivre enfin de la promesse

 

A souscrire enfin à l’aube des mains

 

 

 

Tu es là simplement comme le temps de vivre

 

 

 

Tu me réunis

 

 

 

 

***

 

 

Voix vive

 

 

 

 

 

Et ici le sang donné

 

Comme un appel

 

La sueur de l’échange

 

Sur le bord des lèvres

***

Cette certitude

 

 

 

 

 

Tu partiras un jour

 

Et ce sera le vent

 

Et ce sera le froid

 

 

 

Tu partiras nous laissant seuls à jamais

 

Toi et moi dans la nuit de vivre

 

Me laissant hagard au seuil de l’autre nuit

 

 

 

Et ma plainte n’aura pas d’échos

 

Et ma plainte se taira simplement

 

Contre les murs infinis de ma prison

 

 

 

Et le temps fera son effort de temps

 

Parfois même certains jours

 

Il m’arrivera de penser moins à toi…

 

 

 

 

 

… Ce sera alors d’une tristesse insurmontable

 

 ***

 

La dernière urgence

 

 

 

 

 

Quand ce sera la dernière fois de nous

 

Le dernier cœur à corps

 

La dernière urgence

 

Et que nous ne saurons pas plus qu’avant

 

Pas plus qu’après

 

 

 

Quand ce sera déjà après

 

Et que nous lèverons un peu la tête comme avant

 

Mais sans plus de foi

 

Mais sans moins de foi

 

Sans plus de courage qu’avant

 

Mais avec ce souffle vain

 

Une dernière fois

 

 

 

Nous rentrerons dans l’ombre

 

Dont nous n’étions jamais sortis

 

Autrement que par cet amour

 

 

 

Quand ce sera la dernière fois de nous

 

Quand ce ne sera plus que notre amour à jamais

 

Et à jamais fini

 

 

 

Quand ce sera la dernière fois de toi

 

De moi qui à jamais t’aimais

 

 

***

 

 

Il n’y pas d’amour mais pourtant ce point-là au dedans de nous. Ici même. Tout au fond du silence. Au plus creux.


Ne plus espérer que cet amour sans espoir.

 

 

 

L’amour n’est pas possible et c’est cela la force d’aimer


 

 

Aimer, c’est toujours manquer de mots. Aussi le poème d’amour n’est que l’ombre de l’amour. Il est le risque même. Autant dire l’impossible. Autant dire le seul poème.

***

 

 

Quand je vivrai à nouveau

 

Très vite bientôt

 

Je ne perdrai pas une minute

 

 

 

Oui sans perdre plus de temps que la vie

 

 

 

Jamais plus je ne perdrai ce temps perdu

 

A t’attendre infiniment

***

 

 

A Olivier Rougerie

 

 

 

Je ne sais pas écrire de poèmes d’amour

 

De poèmes de bonheur

 

Il n’est dans ma bouche

 

Que des mots crispés

 

Comme ma main sur elle

 

 

 

Mais pourtant cela même

 

Que je ne dirai pas

***

 

 

Aimer, c’est savoir qu’un jour, peut-être, l’amour aussi sera cendre. C’est cette fragilité, cette lucidité, qui constitue alors toute la force d’aimer.

***

 

 

Marie mare

 

Mon ange fauve

 

De passage entre mes bras

 

Il y a si longtemps

 

Depuis tout ce temps

 

Que je ne t’aime plus

 

 

 

Portes-tu encore ce nom d’aimer

 

Qui t’allait comme un gant

 

 

 

La vie a passé

 

Triste la vie qui passe

 

Comme un charognard au dessus de l’amour

 

 

 

Marie aimée de passage

 

Et qui ne promettait rien qu’un sourire radieux

 

Sous l’étreinte passagère

 

 

 

Et tu fus ainsi à jamais

 

Un très bel amour

***

 

 

Pas de « grands » poètes gonflés d’orgueil et de suffisance mais de vrais poètes à hauteur de terre. Est un vrai poète celui ou celle qui sait aimer. Les autres ne sont que de cyniques imposteurs.

 

 

 

Tu as tant donné à l’amour pour la poésie. Il te faut maintenant donner à la poésie pour l’amour.

***

 

 

Les Roches[1]

 

 

 

 

 

Je ne saurai jamais dire ce paysage entre terre et mer, entre glenn et mor, je ne saurai jamais non plus rendre compte de ce combat âpre, à d’autres heures, de l’eau et du roc. Cet écueil de l’écueil, cette sourde érosion. En fond de ce cliché, « Les roches », ce village qui, comme une mère, résiste patiemment à la furie des flots, à cette fenêtre ouverte sur l’abîme. Niché entre la vague et le mamelon il n’a de cesse de nous convoquer dans notre ici précaire et pourtant il inscrit comme une chimérique sérénité. Ce fut là dans la presqu’île de la Hague, petite sœur de ce Finistère tant aimé, le lieu d’un bonheur et d’une lucidité : ceux-là vont toujours par deux. Un lieu de clémence où nous aimions porter nos pas et notre rêve impossible. Le village se blottit, à jamais il se souvient de nous qui résistions aussi comme nous pouvions. Un parfum se tapit comme une caresse au cœur des pierres. C’était là, nous passions. Nous sommes passés. Nous…

***

Et alors seulement deux corps dans la nuit

 

Il n’y a que deux corps

 

Il n’y a que la nuit

 

Et nul ne sait vraiment si le jour reviendra

 

Mais ces corps se répondent

 

Avec des mots d’outre mémoire

 

Avec des mots de toute confiance

 

Et seule la nuit les entend

 

Qui laisse place à l’aurore

***

Et quand tu aimes

 

C’est le souffrir de l’autre

 

Qui te requiert

 

Comme une blessure que tu voudrais refermer

 

Pourtant si tu panses la plaie

 

L’autre n’est plus le même

 

L’autre s’efface

 

Comme une ombre soudain trop ensoleillée

 

Et tu n’as plus d’amour

 

Et tu n’as plus de mots

 

Plus même ce poème qui se murmurait

 

Dans la nuit de l’autre

***

Et quand tu aimes

 

Tu donnes tout

 

Tu donnes plus que tu ne peux donner

 

Tu donnes tant que ce n’est plus possible

 

Et l’autre est à nouveau blessée de cet amour même

 

Qui voulait consoler

 

 

 

Et avant que tu ne trouves

 

D’autres mots pour cette nouvelle blessure

 

 

 

Elle s’est séparée vers une nuit sans retour

***

Parfois on se dit

 

Qu’il faut du courage

 

Même si on ne sait plus au juste pourquoi

 

 

 

La peine n’a plus que le temps

 

De cet adagio lancinant de Barber

 

De ces notes arrachées au silence

 

 

 

Et on ferme les yeux

 

On essaie de tourner la page

 

De tenter d’oublier qui venait enchanter

 

Et qui donnait le sens

 

 

 

Parfois on se dit

 

Qu’il faut du courage

 

Même si on ne sait plus au juste pour qui

 

Même si on ne sait pas ce que cela veut dire

 

Du courage sans plus d’amour

***

 

 

Il me manque

 

La force de tes bras

 

Qui n’avaient pas de force

 

Et qui m’aidaient simplement

 

Et me poussaient plus loin

 

Au-delà de toute force

***

Notre amour n’eut pas d’enfant

 

Il ne fut que cet enfant de l‘amour

 

Un regard porté au-delà de nous

 

Très loin

 

Dans le sens retrouvé

 

De ceux qui simplement savent se donner

 

      Savent aimer

 

      Quand bien même cet amour n’aura pas de fruit

 

 

 

Dans cette terre promise

 

Où l’enfance et l’amour à jamais règnent

***

J’avais un rêve

 

Au fond de moi

 

Un rêve qui me tenait debout

 

Un rêve

 

Comme un cumulus dans un ciel d’été

 

 

 

Et le ciel alors est encore plus bleu de ce nuage

 

 

 

Presque un rêve de rêve

 

Tant il était pur

 

Tant il était haut

 

Tant il brillait

 

D’innocence et de franchise

 

De confiance partagée

 

 

 

J’avais un rêve

 

 

 

 

 

 

 

… Et le ciel s’est éteint à jamais

***

 

 

Un jour pour garder raison

 

Tu as brisé cet amour

 

 

 

Cet amour venu de si profond

 

Qui t’avait tant tenu debout

 

Et qui te faisait soudain vaciller

 

 

 

Tu l’as brisé comme un mauvais jouet

 

Tu l’as éparpillé en des milliers de petits morceaux

 

Et tu les as piétinés

 

Et tu as allumé un grand feu

 

Et la haine soufflait sur la braise

 

Et tu as réduit en cendre les dernières traces

 

Et tu as effacé la cendre avec tes larmes

 

 

 

Et cette force terrible avec laquelle tu brisais

 

Avec laquelle tu éparpillais

 

Avec laquelle tu piétinais

 

Avec laquelle tu effaçais

 

Avec laquelle tu incendiais

 

Avec laquelle tu pleurais

 

 

 

C’était encore la force de ton amour

 

 

***

 

 

Il est si difficile de ne plus aimer. Si difficile que c’est aimer encore que de ne plus aimer.

 

 

 

Il restera de nous ces mots qui peu à peu s’effaceront.

 

Et je n’aurai eu, un trop court instant, de sens que de toi. Jusqu’à un jour en perdre sens.

 

 ***

 

Il y a dans le monde

Quelque part

En cet instant même

Une femme qui dort

 

Elle est fragile

Et me rend fort

 

Simplement elle est présente
Et sa présence est devenue toute la présence

 

Une femme parmi d’autres sans doute

Mais elle est elle

Plus femme soudain que toutes les autres

Et s’arrêter près d’elle est un long voyage

 

Et tenir sa main tient lieu de raison



 

 


[1] Les Roches est un petit village situé dans la pointe de la Hague (Manche) auprès du port de Goury. Texte écrit d’après une photo prise par un couple.