08 octobre 2018

Spered gouez n° 24

Bientôt le numéro 24 de Sperd gouez. Parution lors du festival du livre de Carhaix. J'y publie quelques poèmes et y signe ma chronique régulière "Passages" avec deux articles sur Adeline Baldacchino pour son sublime roman Celui qui disait non (Fayart) et Laurence Bouvet pour son très émouvant recueil On ne sait pas que les mères meurent (Unicité). Deux femmes très talentueuses. Et j'attends avec impatience la lecture de l'article de Jean Bescond sur Armand Robin et Georges Brassens.    

11 février 2018

Récital Guy Allix le 1er mars chez Max à Quimper

Récital de poésie et chansons le 1er mars 2018 à 18 h chez Max, 8, rue du Parc à Quimper dans le cadre des "Rendez-vous de Max" Remise du prix Paul Quéré 2017-2018 et dédicace de Au nom de la terre, publié aux Editions Sauvages, collection écriterre. Je lirai principalement des extraits du recueil et je chanterai des compositions personnelles sur des textes de Gérard Cléry, Catherine Jarrett, Luis Porquet, Angèle Vannier, Gérard Mottet et moi-même. Plus quelques reprises (Brassens, Brel, Vian)  
01 décembre 2017

Récital Guy Allix à Montmeyan (Var) en juillet 2016

Quelques extraits du récital poésie et chansons que j'ai donné à Montmeyan dans le Var en juillet 2016. C'est un nouveau lien YouTube suite à l'effacement onopiné d'un lien identique.      
28 novembre 2017

La marche nuptiale

"La marche nuptiale" de Georges Brassens, une de ses plus belles chansons.      
07 novembre 2017

Récitals Guy Allix

Je propose des récitals poésie et chanson auprès de tout organisme et tout public (enfants, adultes, médiathèques, salles de spectacles, établissements scolaires, milieu carcéral etc.). Auteur du patrimoine et auteurs contemporains. Me contacter via ce site. (voir aussi la rubrique "récitals poésie et chansons")
23 octobre 2017

Le Blason

Nouveau poème, une chanson du grand Brassens en fait, que j'ai posté sur YouTube le jour où mon maître aurait eu 96 ans. Un merveilleux poème, un bijou ciselé avec toute la délicatesse requine, dédié aux femmes et leur "plus bel apanage". Un texte d'une immense tendresse, peut-être le plus beau de Brassens, que j'ai l'habitude de dire sur scène et qui est trop peu connu.