Qu’ont-ils fait de ta parole ?

 

 

On lira, en bas de page, la belle et généreuse réponse de Dominique Daguet.

 

« Mgr Williamson persiste. L'évêque de la Fraternité saint Pie X avait mis en cause l'existence de chambres à gaz dans les camps d'extermination nazis dans un entretien à la télévision suédoise diffusé deux jours avant la publication le 24 janvier du décret levant l'excommunication. Dans une interview à paraître dans l’édition de ce lundi 9 févier du Spiegel, il déclare à nouveau : "Si je trouve des preuves alors je rectifierai [les propos tenus] mais cela prendra du temps.". Ces nouvelles déclarations constituent clairement une fin de non-recevoir au communiqué publié  à son intention par la secrétairerie d'État du Vatican le mercredi 4 février. Rome lui demandait de "prendre sans équivoque et publiquement ses distances" avec ses déclarations sur la Shoah, avant d'être admis aux fonctions épiscopales dans l'Église catholique. »

Site « La vie », 08 février 2009.

 

Comme l’indique un dessin d’un numéro récent du Canard enchaîné, l’utilisation des chambres à gaz pour l’extermination des juifs est plus facile à prouver que… l’existence de Dieu.

 

 

« Et Jésus leur répondit : « Prenez garde qu’on ne vous abuse. Car il en viendra beaucoup sous mon nom, qui diront : « C’est moi le Christ », et ils abuseront bien des gens. »

Evangile selon Saint Matthieu

 

« Méfiez-vous des faux prophètes,  qui viennent vers vous déguisé en brebis mais qui au-dedans sont des loups rapaces. C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. »

Evangile selon Saint Matthieu

 

_ Tu avais dit : « Tu ne mentiras point. » et ils ont trompé en ton nom.

_ Tu avais dit : « Ne jugez pas afin de n’être pas jugés. » et ils ont jugé en ton nom. En ton nom, ils ont ôté la paille de l’œil du voisin et les pécheurs qu’ils sont ont jeté la première pierre sur la femme adultère.

_ Tu avais dit : « Ne vous amassez pas de trésor sur le terre. »  et ils ont thésaurisé en ton nom. En ton nom, ils se sont voués au lucre.

_ Tu avais dit : « En vérité je vous dis qu’un riche entrera difficilement dans le royaume des cieux » et ils ont, en ton nom,  armé les riches contre les pauvres de corps, contre les pauvres en esprit. En ton nom, ils ont découragé les doux et les affligés 

_ Tu avais dit « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » et ils ont passé leur chemin devant le pauvre Job, et ils l’ont sali, en ton nom, de leurs commérages.

_ Tu avais dit « Tu honoreras ton père et ta mère. » et ils ont souillé, en ton nom, la poussière des aïeux.

_ Tu avais dit : « Tu ne tueras point. » et, en ton nom, ils ont tant massacré que Dieu lui-même ne saurait plus reconnaître les siens.

_ Tu avais envoyé douze brebis et ceux qui s’en réclament, en ton nom, pactisent avec les loups.

_ Tu avais chassé les marchands du temple et tu avais réclamé le secret. Ils ont, toujours en ton nom, édifié une assemblée de boutiquiers et ils ont jeuné et prié bien en vue aux carrefours.

_ Et ce peuple des chrétiens t’a honoré des lèvres… Pourtant leur cœur est loin de toi, le ver est dans le fruit.

Mais tu nous l’avais bien dit aussi, tu nous avais prévenus : il y aurait de faux prophètes. Mais où sont donc les vrais, dis-moi ? Tant d’hommes ont pris la parole, ont volé ta parole, ont déguisé ta bonne nouvelle et se sont travestis de mots apocryphes.

Où est donc ton royaume ? Où sont les vrais prophètes ?

Guy Allix, 30 janvier 2009

 

 

 

Le paradoxe du croyant

Croire en Dieu nous rend en général, à l’envers de ce qui est conseillé dans la bonne nouvelle, très orgueilleux et donc peu charitables. Croire en Darwin nous rend simplement plus humbles et donc beaucoup plus fraternels.

Guy Allix, 6 décembre 2011

 

 

Cher Guy,

Votre texte m’a ému l’âme, si j’ose ainsi l’écrire, mais je puis vous dire qu’il y a de vrais prophètes, des âmes totalement données et qui ne jugent pas parce qu’elles aiment comme le Christ l’a enseigné et prouvé. Mais les prophètes ne se distinguent plus aujourd’hui par la force de leur voix, plutôt par l’intensité de leur silence.

Quand au royaume, cher Guy, il est déjà dans le cœur de celui qui l’attend d’un grand désir. Ensuite outre l’espace-temps…

Il vient de sortir un beau livre dont le titre seule interpelle : Célébration de l’ingratitude, avec notamment quelques pages fort belles sur le fils prodigue. Écrit par Dominique Ponnau.

Mais je crois que notre monde s’effondre, et il laissera place à ce que personne ne peut dire. Peut-être un chaos sans nom : et seule l’espérance permettra de le traverser.

Bien à vous,

Dominique Daguet