Bon ce grand monsieur nous a quittés. La seule mauvaise idée qu'il ait eue. Heureusement très tard. Et il avait su apprivoiser la camarde.

Je laisse ce mot de bonne humeur sur le site pour que sa vie si généreuse se poursuive comme elle se poursuivra chez tous ceux qui ont des valeurs. Même si cela devient rare même chez les poètes.

 

Pour une fois, il s’agit là d’un billet de bonne humeur, j’oserais dire d’amour. Voilà un monsieur de 93 ans, qui nous donne à tous des leçons de jeunesse, qui nous donne envie de vivre et de lutter pour un  monde meilleur, contre l’indifférence et la démission du plus grand nombre.

Stéphane Hessel nous rappelle l’héritage de tous ces hommes dont il fait partie et qui ont su en d’autres temps résister au péril de leur vie contre l'ignoble. L’héritage du Conseil national de la Résistance à préserver et à défendre contre ceux qui aujourd’hui le remettent en cause et qui collaborent ainsi à la barbarie financière imposée par les nantis à la planète entière.

Dois-je rappeler enfin ici que Stéphane Hessel est aussi un amoureux de la poésie !

N'est poète justement que celui qui a gardé intacte sa capacité d'indignation.   

Merci, Monsieur Hessel de résister encore et toujours et de nous montrer la voie de l’indignation.

Nous avons besoin de vous.

 

 

Indignez-vous et achetez Indignez-vous. Chaque livre acheté est comme une voix donnée à ce combat.

 

J'en profite pour signaler le site d'une très belle maison d'édition :

http://www.indigene-editions.fr/

en espérant que d'autres rejoignent "ceux qui marchent contre le vent".

 

« Comment conclure cet appel à s'indigner ? En rappelant encore que, à l'occasion du soixantième anniversaire du Programme du Conseil national de la Résistance, nous disions le 8 mars 2004, nous vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France libre (1940-1945), que certes « le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et sœurs de la Résistance et des Nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n'a pas totalement disparu et notre colère contre l'injustice est toujours intacte ».

Non, cette menace n'a pas totalement disparu. Aussi, appelons-nous toujours à « une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation de masse, le mépris des plus faibles et de la culture, l'amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous. »

À ceux et celles qui feront le XXIe siècle, nous disons avec notre affection :

« CRÉER, C'EST RÉSISTER. RÉSISTER, C'EST CRÉER. » »

Stéphane Hessel
 
A voir, à lire et à transmettre, les voeux de Stéphane Hessel sur Mediapart :
 

 

 

A écouter Stéphane Hessel parlant avec une belle justesse de la poésie sur le site de mon amie Brigitte Maillard

http://www.mondeenpoesie.net/2011/01/stephane-hessel-en-poesie-aligre-fm-931.html

 

***

Une autre indignation

et donc un vrai billet d'humeur !

Stéphane Hessel contre le lobby Israélien

 

Mieux vaut tard que jamais...

Stéphane Hessel devait intervenir le 18 janvier à L'Ecole Normale Supérieure. Par suite de pressions du lobby pro-Israël le débat a été annulé pour la simple raison que Stéphane Hessel critique dans son petit livre la politique israélienne et défend un peuple opprimé. Le CRIF s'est félicité de cette censure et a remercié ceux qui étaient intervenus avec lui : Valérie Pécresse, Bernard Henry-Lévy, Alain Finkielkraut etc. Messieurs les censeurs, bonsoir ! Vous montrez là simplement votre insuffisance puisque, à court d'arguments et bien peu voltairiens assurément, vous refusez le débat ainsi que la parole de l'autre.

Nous sommes en démocratie, paraît-il... Je peux en effet critiquer la politique du Sénégal, de même, je peux dénoncer la politique des pays de Maghreb et leurs dirigeants (ce qui est courant ces temps-ci...) sans me faire taxer de raciste.

On admettra aussi que je m'interroge sur la politique de Monsieur Obama. Etc.

Mais voilà, depuis la création de l'état d'Israël, je ne peux juger négativement la politique de ce pays sans me faire taxer d'antisémite et sans encourir la censure.

Votre ficelle est bien grosse.

Il y a pourtant des gens qui, en Israël, s'opposent eux-mêmes à cette politique... Ces Israéliens seraient-ils antisémites ?

Jusqu'à quel degré de dictature "bien-pensante" nous poussera notre mauvaise conscience suite à l'holocauste ? Jusqu'à accepter, après avoir fermé les yeux devant tant de violations des résolutions de l'ONU, d'autres holocaustes ?

Devant un tel aveuglement, devant une si misérable mauvaise foi, la question mérite d'être posée.