Le numéro 24 dela revue Spered gouez est paru le week-end dernier lors du festival de Carhaix.

Un très beau sommaire.

Avec une très fine analyse de la chanson "Bécassine" de Brassens en relation avec Armand Robin de l'ami Jean Bescond, Les très beaux entretiens d'Eve Lerner avec Salah Al Hamdani et de Marie-Josée Christien avec Jeannine Baude. Un coup d'oeil dans le rétro vers Louis Guilloux, trop oublié aujourd'hui. Et comme d'habitude de nombreuses et justes recensions par différents collaborateurs de la revue.

Le thème du numéro est "sens dessus dessous". Devant le clin d'oeil au grand Devos il y a surtout cet appel par Marie-Josée Christien, responsable de la revue, au retour aux sens nécessaire dans notre monde de "sensure" (néologisme de Bernard Noël) et de "fausse parole" (Armand Robin). Elle cite fort justement Bernard Noël : "La privation de sens est la forme la plus subtile du lavage de cerveau". Oui sans cet enracinement dans ces sens qui donnent... sens et authenticité, nous sommes proprement aliénés. Il est urgent de "se recenser" selon le mot de Jean-Marc Gougeon ici au sommaire. Il est urgent de retrouver pleinement avec les sens la force de ce désir essentiel qui seul nous met réellement au monde.

Des poèmes et textes de grande qualité autour de ce sujet. Citons notamment Louis Bertholom, Gérard Cléry, Colette Gibelin, Mérédith Le Dez (qui a fort justement obtenu le prix du roman de Carhaix pour son roman Le coeur mendiant - La part commune -) Flora Delalande, Roger Dautais, Sudney Simonneau, Patrick Le petit... Mais il faudrait les citer tous. A noter aussi la nouvelle collaboration pour la couv du grand et libre Gwezenneg qui a bien sa place ici et que la Bretagne devrait, enfin, davantage exposer. 

J'y signe aussi ma chronique "Passage" en présentant le grand roman d'Adeline Baldacchino Celui qui disait non (Fayard) et le très beau recueil de mon amie Laurence Bouvet On ne sait pas que les mères meurent (Unicité).

Ma grande amie Marie-Josée présente mon essai En chemin avec Angèle Vannier (Unicité) et Pierre Tanguy, que j'ai été heureux de rencontrer, signe une belle recensioin de mon recueil Au nom de la terre (Unicité).

Spered gouez ou L'esprit sauvage c'est un esprit de liberté et un savant équilibre dans le sommaire entre poèmes, réflexion et échanges. Un très belle revue pleine de sens et de vie.

 

numérisation0015

numérisation0018

Spered gouez 2018

Spered gouez 2018